Commentaire

CE1/CE2 • Français • « 1000 mots en plus avec Vocaplus, Nathan » — 22 commentaires

  1. J’ai reçu le spécimen aussi il y a quelques semaines et j’ai été ravie puisque j’utilisais déjà la méthode « vocanet » . Mais apparemment les auteurs de Vocanet ne sont pas contents parce que Vocaplus se serait approprié la démarche sans rien demander…. 🙁

      • Bonjour,
        Je tombe par hasard sur vos échanges.
        En vérité, je suis plutôt incrédule et sidéré par la réaction du site Vocanet.
        Je suis à l’origine du projet d’expérimentation en 2010 qui a pris ce nom en 2013, lorsque la voisine de pallier de Jacqueline, ed. Vigdor, a proposé sans contrepartie de faire un site dédié gratuit pour la mise à disposition de nos ressources. J’ai initié l’expérimentation avec des professeurs de terrain, j’y ai intégré Jacqueline Picoche puis d’autres pour tester des propositions issues des réflexions que j’avais depuis la création du dossier Vocabulaire que j’ai réalisé pour Eduscol et mes travaux depuis 1985. L’expérimentation, très ouverte, propose des pistes de travail,forcément gratuites. Elle est terminée depuis 2016.
        Certaines de nos conclusions vont bien dans le sens des recommandations ministérielles actuelles.
        J’ai toujours voulu apporter aux profs plus de pragmatisme, de réalisme et de clé en main, pour favoriser ensuite l’imagination pédagogique sur des bases solides. Je l’avais fait auparavant pour l’analyse des manuels de lecture et je ne change pas.
        Deux des principes de Vocanet sur 4 s’avèrent inopérants à l’analyse des résultats dans des centaines de classes rencontrées au long de mes conférences sur le sujet, les aspects pédagogiques ne fonctionnent pas très bien non plus, trop ambitieux : j’en ai pris conscience. Il s’agissait donc de corriger le tir. Nous avons sur ces sujets des divergences avec J. Picoche (et Vigdor) qui ne veut rien entendre (change-t-on à 92 ans ?). Vocaplus n’est pas une copie de Vocanet et ne lui a pas « tout pris » (au pire je me serai donc copié moi même, mais ce n’est même pas le cas), c’est autre chose conforme aux programmes, largement imprégné de ma collaboration aux travaux de très longue date sur le sujet d’A. Bentolila, notamment le travail syntaxico-lexical, qui est fondamental et au cœur de ce projet.
        Vocanet, en partie obsolète, mérite tout de même le détour, je l’ai voulu gratuit avec Jacqueline, évidemment. Je précise pour éviter toute ambiguïté que je n’ai plus accès au site, bien que nous y soyons pour 50/50 avec J. Picoche (j’y vois donc passer beaucoup de désinformation sans pouvoir réagir). Je la pardonne bien volontiers, et même si on lui attribue à tord aujourd’hui la partie pédagogique dont je suis principalement l’auteur, je lui garde toute mon affection malgré tout. Ce n’est qu’un épiphénomène négligeable au regard de l’objectif crucial du développement scolaire lexical. J’avance et j’avancerai encore pour aider les profs à être efficients ! La page Vocanet est tournée.
        Je vous remercie de l’intérêt que vous portez au lexique, vous êtes dans le juste, quand on sait l’impact sur les apprentissages.
        Cordialement,
        Bruno GERMAIN, CIFODEM, Université de Paris.

        Vous pouvez lire « Le vocabulaire, comment enrichir sa langue », Nathan 2013, Germain & Picoche ou  » L’apprentissage de la lecture, repères pédagogiques, Nathan, sept 2019, le chapitre sur le vocabulaire.

        • Aux administrateurs du site et aux enseignants :

          La méthode Vocanet est issue des travaux reconnus en matière d’enseignement du vocabulaire de Jacqueline Picoche qui en est l’auteur, les activités de formation de Monsieur Germain ne lui conférant pas le même statut.

          Quant à la prétendue immobilité de Vocanet : depuis 2013 c’est sans interruption que le site s’est graduellement enrichi. En évolution permanente, il intègre ce jour même la rubrique « Pistes de travail », qui remplace l’ancien « Protocole », insuffisant sans doute, mais dont la rédaction avait été confiée à Monsieur Germain.

          D’autres apports de haut niveau sont programmés dont nous ne manquerons pas d’informer ce forum.

          Parti d’une fréquentation presque confidentielle, le site Vocanet compte à ce jour et depuis 2016, plus d’un million six cent mille pages consultées. Connu des Académies, du réseau Canopé, des Associations d’enseignants, etc.  l’exemplarité de Vocanet a été reconnue lors des Rencontres sur l’apprentissage du lexique au Lycée Louis-le-Grand, du mai 2018, en présence du Ministre de l’éducation.

          Un regard sur le compteur révèle la vitalité du site et la hausse constante de sa fréquentation par les enseignants. Qu’ils en soient remerciés.

  2. Il y a aussi le site Vocanet, en accès libre et gratuit.

    Sa philosophie: un enseignement du vocabulaire non pas occasionnel ni livré à l’improvisation ou subordonné à la lecture, mais conçu au même titre que la grammaire ou le calcul comme une discipline à part entière, au moyen d’une méthode systématique et d’un dispositif pédagogique simple, depuis la grande section maternelle jusqu’à la cinquième des collèges.
    Bases théoriques et dispositif pédagogique, Jacqueline PICOCHE.
    Vocanet est un outil non commercial, mis librement à la disposition de la communauté éducative.

  3. Je suis moi qussi convaincue que la démarche Vocanet est efficace (et merci à vous de nous permettre d’y accéder gracieusement, je vous en suis quotidiennement reconnaissante !
    Pour la présente proposition de Nathan 20 min quotidiennement (ou 2 x 40 min)ça fait quand même un paquet de temps par semaine sur le vocabulaire… Je ne dis pas que c’est inutile mais que les programmes tels qu’ils sont conçus depuis des années ne le permettent pas… ou alors, je suis vraiment nulle de ne jamais réussir à traiter tout ce qu’on est sensés faire ingurgiter à nos loupiots… souvent en classe à niveau multiples, plus les extras 😳 😥

    • Bonjour,
      En vérité, c’est une suggestion à laquelle je suis parvenu, à la suite des résultats aux divers diagnostics réalisés auprès de plusieurs milliers d’élèves : le déficit de vocabulaire a un impact immédiat sur la qualité de langue lors de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, avec un contrecoup sur tous les apprentissages… c’est donc tellement important ! Je sais que c’est beaucoup 40 minutes par semaine, mais chacun fera comme il peut !
      Bien cordialement
      Bruno GERMAIN

  4. J’utilise depuis très longtemps le fichier l’atelier vocabulaire de chez Nathan et j’en suis très contente. C’est un peu la même chose ?

    • Je n’ai pas ce fichier mais de ce que j’avais pu lire chez Lutin Bazar qui l’utilise, je crois que oui, l’esprit est le même (travailler autour d’un thème).

  5. Bonjour,

    Je m’interrogeais sur les fiches et les traces écrites. Vous les rangez où? Cette année j’avais un classeur mais les élèves ont du mal à l’utiliser….

  6. Merci pour la présentation ! J’ai commandé le manuel mais il ne sera pas dispo avant mi août visiblement. Serait-il possible d’avoir la liste des mots travaillés dans l’année pour des CE2 ?
    Merci

  7. Bonjour ! J’ai reçu ce manuel et je me demandais comment s’organiser pour un double niveau ce1/ce2 ? Quelqu’un a t-il déjà commencé à réfléchir à la question ? 2 séances complètement séparées ? Merci pour vos avis !

  8. Suite au post de M. Bruno Germain du 23 sept. 2019

    Aux administrateurs du forum et aux enseignants :

    La méthode Vocanet est issue des travaux reconnus en matière d’enseignement du vocabulaire de Jacqueline Picoche qui en est l’auteur, les activités de formation de Monsieur Germain ne lui conférant pas le même statut.

    Quant à la prétendue immobilité de Vocanet : depuis 2013 c’est sans interruption que le site s’est graduellement enrichi. En évolution permanente, il intègre ce jour même la rubrique « Pistes de travail », qui remplace l’ancien « Protocole », insuffisant sans doute, mais dont la rédaction avait été confiée à Monsieur Germain.

    D’autres apports de haut niveau sont programmés; nous ne manquerons pas d’en informer ce forum.

    Parti d’une fréquentation presque confidentielle, le site Vocanet compte à ce jour et depuis 2016, plus d’un million six cent mille pages consultées. Connu des Académies, du réseau Canopé, des Associations d’enseignants, etc. l’exemplarité de Vocanet a été reconnue lors des Rencontres sur l’apprentissage du lexique au Lycée Louis-le-Grand, du mai 2018, en présence du Ministre de l’éducation.

    Un regard sur le compteur révèle la vitalité du site et la hausse constante de sa fréquentation par les enseignants. Qu’ils en soient remerciés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.